Au jour le jour

Archives
Chargement en cours
Campagne

UFR

Logo de l'UFR

C’est au congrès confédéral de novembre 1969 que la CGT décide d’organiser les retraités syndiqués, et c’est en novembre 1982 que se tient le 1er congrès de l’Union confédérale des retraités (UCR).

Mais, déjà, l’UFR Cheminots, créée en novembre 1950, avait une activité spécifique en lien avec la Fédération, puisqu’elle fonctionnait à partir de sections de retraités cheminots, sections créées avec le statut de la loi de 1884 qui reconnaît le fait syndical comme élément fondateur.

C’est ensuite, lorsque les sections furent intégrées au syndicat, qu’une véritable politique revendicative beaucoup plus en relation avec l’activité des cheminots en activité est apparue.

Les axes principaux d’actions sont le combat pour un niveau de retraite décent, la bataille pour une cohérence intergénérationnelle, le droit de s’ouvrir à une nouvelle vie à la retraite, qui ne pèse pas sur la société mais participe à son développement.

Contester, proposer, agir, négocier pour le pouvoir d’achat, la santé, le logement, les services publics, la défense de notre régime spécial constitue notre démarche revendicative qui s’appuyer sur un rapport de forces conséquent.

C’est pour cela que l’UFR agit pour la continuité syndicale.

En effet, on adhère à la CGT, non pas en fonction d’un âge ou d’une profession, mais en adéquation avec les principes mêmes que nous connaissons et que nous avons toujours développé, puisque quelque soit notre situation dans la société, nous défendons toujours en priorité le triptyque : emploi, salaire, retraite.

Bureau de l'UFR

Bernard GUIDOU

Secrétaire général

Ghislain FROMENT

Membre du bureau national, chargé de l’organisation

Marc FORET

Membre du bureau national, chargé de la communication

Dominique LAUNAY

Membre du bureau national, chargé de la politique revendicative

Marie Christine MENARD
Membre du bureau national, chargé de la formation

Hervé GIUDICI

Membre du bureau national

Dominique LAGORIO

Membre du bureau national, coordination des activités

Jean-Luc CAZORLA

Membre du bureau national

Thérèse TAVERNE

Membre du bureau national

Loïc BOURGEON

Membre du bureau national

Didier AUGER

Membre du bureau national

Thierry MANQUILLET

Membre du bureau national

Tracts

Appel de l’UFR-CGT pour la journée d’action interprofessionnelle du 24 septembre 2019 et pour la journée d’action des retraités du 08 octobre 2019 Télécharger le fichier
Appel de l’UCR-CGT pour la journée d’action des retraités du 08 octobre 2019 Télécharger le fichier
Appel unitaire des UFR CGT – UNSA – SUD-Rail – CFDT à l’action du 11 avril 2019 Télécharger le fichier
Communiqué de presse concernant les résultats aux élections des retraités au Conseil d’Administration de la CPRP SNCF du 18 octobre, avec une progression de la CGT qui renforce sa 1ère place ! Télécharger le fichier
Tract de l’UFR-CGT appelant à l’action pour les 18 septembre et 09 octobre 2018 Télécharger le fichier
Note sur la reconnaissance de campagne double pour les anciens combattants d’Afrique du nord Télécharger le fichier
Courrier unitaire des UFR CGT – UNSA – SUD-Rail – CFDT concernant la revalorisation des pensions envoyées ce jour, par courrier, au Ministère des Solidarités et de la Santé Télécharger le fichier
Communiqué de presse CGT-UNSU-SUD-Rail des retraités appelant à la mobilisation le 16 novembre 2017 Télécharger le fichier
Courrier de l’UFR-CGT aux membres de son CN suite à l’inter-UFR de lundi 09 octobre 2017 Télécharger le fichier
Déclaration unitaire à l’audience de 10 juillet à la direction de la CPR Télécharger le fichier
Courrier unitaire envoyé ce jour à Benjamin Ferras, directeur adjoint du cabinet du Ministre des Affaires sociales Télécharger le fichier
Tract protection sociale : Le 29 octobre, manifestation nationale unitaire à Paris Télécharger le fichier

Manifestation unitaire nationale du 29 octobre 2015.

Objet : Organisation de la manifestation unitaire nationale du 29 octobre 2015.

Cher(e)s Camarades,

Nous nous approchons à grands pas de cette action. Il nous faut donc accélérer la signature de la pétition, l’inscription à la manifestation et ceci auprès des actifs et des retraités. Il faut que chaque secteur apporte, au Conseil National des 19 et 20 octobre, un point précis sur ces 2 éléments.

Cette mobilisation pèsera lourd afin d’imposer des mesures allant dans le sens de nos exigences et de gagner un vote massif aux élections CA/CS – CE/DP du 19 novembre.

Le temps est venu que ceux qui n’ont eu de cesse de casser le Service Public, son statut, notre régime spécial, d’attaquer la CGT et ses militants, paient la facture.

La réussite de la pétition, de la manif du 29 accompagnée d’une victoire de la CGT le 19 novembre sont la réponse adéquate à apporter au Gouvernement, à la Direction et à leurs alliés l’UNSA et la CFDT.

Au-delà de la construction politique de ces 2 rendez-vous, il nous faut soigner les éléments pratiques. Ce courrier a l’objectif d’en préciser quelques points :

  • Le rassemblement débutera à 12h30 devant la gare Montparnasse ;
  • La manifestation partira à 14h pour se rendre devant le Ministère des Affaires Sociales ;
  • La dispersion de la manifestation aura lieu au plus tard à 16h ;
  • Lors de cette manifestation, au-delà du restaurant d’entreprise de Paris Montparnasse, la restauration sera assurée par 3 camionnettes ;
  • Chaque secteur doit désigner un responsable chargé :
    - D’assurer la sécurité des cheminots de son secteur lors de la manifestation ;
    - D’apporter les pétitions, de récupérer les drapeaux CGT (2000 au niveau national), faire le point sur les adhésions actifs et retraités à la camionnette de la Fédération où les attendront les camarades de l’Orga.

N’oubliez pas vos banderoles, casquettes etc. pour une manifestation colorée et dynamique. Attention aux pétards et aux alcools forts !!!

Bon courage,

La Fédération.

Dernière minute : les Fédérations SUD-Rail et FGRCF partagent l’organisation de la manifestation.

Organisation de la manifestation unitaire nationale du 29 octobre 2015 Télécharger le fichier

Le 29 octobre 2015, à Paris, amplifions la mobilisation.

Face à l’intransigeance du Gouvernement et au non-respect de ses engagements, nos Organisations ont décidé de lancer une pétition sur 5 revendications permettant de préserver et d’améliorer les droits du régime spécial de protection sociale des cheminots : 

  • La non promulgation du décret fixant la mensualisation des pensions au 1er janvier 2016. Cette décision du Gouvernement a pour objectif de poursuivre sa démarche d’un alignement des droits du régime spécial sur le régime général dans la perspective d’une réforme globale des retraites de l’ensemble des salariés. La violence d’un décret n’engage aucunement notre volonté et notre exigence de maintenir le versement trimestriel des pensions à échoir sans fractionnement.
  • L’arrêt du gel des pensions et l’amélioration du pouvoir d’achat. Cette situation inadmissible dégrade les conditions de vie d’un grand nombre de retraités et de veufs/veuves et entraine certains d’entre eux vers la misère. Il est urgent de décider d’une augmentation générale des pensions.
  • Le groupe de travail concernant les basses pensions de réversion doit être mis en place. Le Gouvernement doit tenir ses engagements et ses promesses sur le sujet.
  • La reconnaissance des trimestres d’apprentissage pour le calcul de la pension. Au delà du Gouvernement, la Direction de la SNCF doit financer les trimestres manquants afin que l’ensemble des ex-apprentis ne soit pas injustement pénalisé.
  • Le maintien des prestations non pérennes de notre régime d’assurance maladie (exemple : le forfait optique à 100 €).

L’ensemble de ces revendications est juste et doit être satisfait par une autre répartition des richesses. Celles-ci, au-delà de préserver et d’améliorer les droits et les conditions de vie des retraités, permettraient une relance économique dans notre pays.

Malgré plusieurs courriers de nos Organisations à ce jour, le Gouvernement ne daigne même pas nous répondre. Il y a urgence à agir massivement en signant la pétition unitaire au niveau des retraités mais également des actifs qui sont pleinement concernés par l’ensemble de ces revendications touchant à l’avenir de notre régime spécial.

Le 29 octobre 2015, mettons le Gouvernement au pied du mur. Soyons nombreux pour imposer de véritables négociations sur nos justes exigences.

MANIFESTATION NATIONALE LE 29 OCTOBRE 2015

Les Unions Fédérales des Retraités CGT – SUD-Rail et FGRCF vous donnent rendez-vous à partir de 12 h 30 place Raoul Dautry (Gare Montparnasse) à Paris, pour se rendre au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

Appel unitaire de la Fédération CGT, de SUD-Rail et de la FGRCF à la mobilisation du 29 octobre Télécharger le fichier

IL FAUT AUGMENTER LES PENSIONS ET LES SALAIRES

ÉTAT DES LIEUX DES PENSIONS

Le Gouvernement soutient qu’en comparaison avec la hausse officielle des prix, le pouvoir d’achat des retraités est maintenu. Faux, il n’en est rien.
Différents éléments comme le durcissement de la fiscalité, l’augmentation des prélèvements obligatoires, le renchérissement des dépenses de santé, viennent largement dégrader le pouvoir d’achat des retraités qui ont des pensions déjà trop basses. Ces blocages insupportables tournent le dos à la justice sociale et à la relance économique !

Des pensions insuffisantes.

Au bilan 2013, 31% des pensions directes sont en dessous du SMIC brut et 50% sont inférieures à 1750 € brut. Si la pension mensuelle moyenne se situe autour de 2000€ brut, 68% sont inférieures à cette dernière.
Autre point inadmissible, la faiblesse du niveau moyen de pensions brut des femmes qui se situe à 20 490€ annuel (24 470€ pour les hommes). Pour les pensions de réversion, alors que le minimum est de 667€, 44% sont en dessous de ce seuil. Si la pension de réversion moyenne est autour de 845€, 70% d’entre elles sont inférieures. Cette situation renforce la nécessité d’une négociation avec le Ministère des Affaires Sociales, que nous exigeons depuis plus de 3 ans, conformément aux engagements des gouvernements.

Un taux de remplacement très bas et qui régresse !

Rapport entre la 1re pension perçue et le dernier salaire, le taux de remplacement se traduit donc par la perte de pouvoir d’achat lors de la cessation de fonctions. En 2013, le taux de remplacement moyen est de seulement de 61,6% en brut. De plus, ce taux moyen, après avoir un peu progressé de 2008 à 2011 grâce aux mesures arrachées par la lutte en 2007, est à nouveau en baisse. Cette dégradation est due à la fois aux réformes des retraites successives mais également aux effets négatifs de la politique salariale menée par la Direction SNCF. L’écart entre augmentations générales de salaires et inflation (3,92% en six ans contre 7,51% pour les prix), conjugué avec la progression de la part aléatoire (EVS, intéressement etc.) et non liquidable du salaire, influe négativement sur le taux de remplacement.
Les mesures très négatives des différentes réformes, comme l’introduction du système de décote ou encore l’allongement de la durée de cotisation, engendrent une diminution du taux de liquidation et donc de la pension des retraités.
Pour compenser ces pertes, les cheminots partent de plus en plus tard, ainsi de 2008 à 2013, l’accession à la retraite a reculé de plus de 18 mois et ces reculs pourraient encore s’amplifier si rien ne bouge.

270 443 pensionnés pour 153 000 cotisants au bilan 2014 de la CPR, ces chiffres, en baisse depuis 1970, résultent de la casse des effectifs cheminots. A noter que pour la première fois, l’espérance de vie des cheminots, comme des autres salariés, subit un tassement inquiétant (chiffres émanant de la Caisse de Prévoyance). Politique de l’emploi et salariale, déstructuration de l’entreprise et désengagement de la sécurité sociale, mettent en danger l’avenir du régime spécial des cheminots.

La fin de la péréquation

La fin de la péréquation est un autre facteur influant négativement sur le niveau de pension.
Auparavant indexées sur les salaires moyens des cheminots, les pensions évoluent depuis 2009 avec l’indice INSEE des prix. Or, cet indice ne reflète pas du tout le mode de vie et la manière de consommer des retraités. De plus, la péréquation n’était pas une simple indexation des pensions sur les augmentations générales des salaires des cheminots. Elle prenait en compte bien d’autres mesures comme les réformes de la grille, les mesures sur la prime de travail, indemnité de résidence et autres éléments devenus liquidables comme la gratification de vacances et d’exploitation.
De plus, cette indexation sur l’évolution des prix ne prend pas en compte les modifications sur les prélèvements obligatoires et sur la fiscalité qui sont toujours en défaveur des retraités. Si l’indexation des pensions sur les prix laissait apparaitre une stabilité du pouvoir d’achat, la réalité est tout autre.
L’exigence de retour à la péréquation renforce le combat que nous devons mener actifs et retraités pour obtenir de véritables augmentations générales des salaires. La prime d’intéressement comme l’entérine la Direction SNCF avec ses partenaires privilégiés (CFDT-UNSA) ne finance pas notre régime spécial de retraite et de prévoyance.
Le gouvernement et la direction SNCF utilisent cet argument pour justifier le gel des pensions : Inadmissible.

A noter que le nombre de pensions directes liquidées au minimum de pension est de plus en plus faible.
Pour autant, il s’agit d’une situation « en trompe l’oeil » : loin de signifier une augmentation des pensions des cheminots partant en retraite, il s’agit tout simplement d’une évolution vers le haut de la pyramide hiérarchique des cheminots.
En effet, la suppression massive d’emplois peu qualifiés entraîne une augmentation, en pourcentage, du nombre d’agents de maîtrise et cadres.
De ce fait, le salaire liquidable est plus élevé sans pour autant signifier une augmentation du pouvoir d’achat des cheminots actifs et retraités.

La croissance des prélèvements

Depuis la création de la CSG en 1991, la fiscalisation de la protection sociale avance à grands pas. Exonération des cotisations patronales d’un côté, accroissement des cotisations pour les retraités, CSG, CRDS, CASA, de l’autre.
Ainsi, pour un retraité imposable, les prélèvements sont passés de 4,5% en 1990 à 8,10% en avril 2013, soit une augmentation de 3,6 points.
Pour un retraité non imposable, les prélèvements sont passés de 1% en 1990 à 4,30% en avril 2013, soit une augmentation de 3,3 points.
Pour tous les retraités, c’est donc une baisse importante du pouvoir d’achat pour laquelle nous devons ajouter l’élargissement de l’assiette des cotisations aux majorations pour enfants, et la partie de la CSG qui n’est plus déductible.
Pour beaucoup de cheminots, la fiscalisation de la majoration enfants et la réforme fiscale, entraînent le dépassement des seuils d’exonérations fiscales avec des pertes de 4 à 5 % entre 2014 et 2015.
Un revenu fiscal en dessous du 1er seuil permet l’exonération de toutes les contributions sociales mais aussi certaines exonérations fiscales (les taxes d’habitation, foncières, audiovisuelles). Un revenu fiscal compris entre le premier et le second seuil d’exonération, limite les prélèvements sociaux à 4,3% au lieu de 8,1 au-delà du second seuil.
Même si les pensions semblent évoluer comme les prix, le pouvoir d’achat des retraités est largement mis à mal.
Toutes ces raisons renforcent la nécessité d’amplifier la mobilisation des cheminots avec la signature de la pétition unitaire sur les droits des retraités et des actifs :

  • Arrêt du gel des pensions et amélioration du pouvoir d’achat ;
  • Non promulgation du décret fixant la mensualisation des pensions au 1er janvier 2016 et le maintien du versement trimestriel à échoir sans fractionnement ;
  • Mise en place du groupe de travail concernant les basses pensions de réversion ;
  • Prise en compte des trimestres pour les ex apprentis dans le calcul de la retraite ;
  • Maintien des prestations non pérennes (ex : le forfait optique à 100€).

• L’exemple suivant confirme largement cette analyse.
Un retraité perçoit une pension annuelle en brut de 32 727,84€, dont une majoration pour enfants de 10%. Marié, il bénéficie de 2 parts fiscales et est imposable. Avec des prélèvements identiques à ceux de 1991, sa pension annuelle en net aurait été de 31 460€, avec ceux de 2014 sa pension annuelle en net n’est plus que de 30 153,08€, soit une perte de 1306,92€.
A cela, il faut rajouter la ponction fiscale supplémentaire résultant des prélèvements non déductibles (parts CSG, CRDS, CASA) et à la fiscalisation de la majoration pour enfants : ainsi, la croissance du cumul net imposable s’élève à +2715,44€ en 2014 qui se traduit par une augmentation de l’impôt sur le revenu pour le ménage de +423€ ou +48%. Cette évolution a également engendré la suppression d’un abattement sur la taxe d’habitation qui a augmenté de 86€.
En cumulé, c’est donc une perte de pouvoir d’achat de 1816€ (1306+423+86) par an ou 5,7% pour ce ménage.

La CGT propose une nouvelle action nationale dans le 4e trimestre 2015, en convergence avec l’ensemble des retraités au niveau interprofessionnel, afin de contraindre le Gouvernement et la Direction de la SNCF à répondre à nos légitimes revendications.

L’argent existe pour financer une protection sociale de haut niveau.
ENSEMBLE, IMPOSONS D’AUTRES CHOIX

4 pages de l'UFR sur les pensions Télécharger le fichier

Unis, déterminés, poursuivons la mobilisation !

Action interprofessionnelle du 25 juin 2015

Après les actions des 12 et 17 mars 2015, du 09 avril et du 27 mai derniers, le 25 juin constituera une nouvelle étape de la mobilisation. 
Les retraités ont toutes les raisons de s’y inscrire pour combattre le rouleau compresseur libéral et imposer leurs légitimes revendications.

Nous mesurons tous l’impasse sociale et économique dans laquelle nous entraînent les politiques d’austérité en France et en Europe. Les cheminots actifs et retraités la ressentent également. 

Le gouvernement a pris la décision de geler les pensions jusqu’au 1er octobre 2015, cela fera 30 mois minimum sans augmentation et se cumulera avec les dernières mesures fiscales (création de la CASA, fiscalisation de la majoration enfant, augmentation de la CSG, de la CRDS, de la CASA et de la cotisation maladie par la modification des références pour leurs calculs).

La totalité de ces mesures a des conséquences dramatiques sur le pouvoir d’achat de nombreux retraités dont les cheminots.

C’est avec une volonté de changer cette situation que la CGT a lancé une pétition interprofessionnelle portant sur la revalorisation des salaires et pensions, l’augmentation du SMIC, l’égalité salariale femmes/hommes et la reconnaissance des qualifications.

Ces pétitions seront remises le 25 juin 2015 dans le cadre de cette action. En ce sens, les cheminots retraités doivent signer massivement cette pétition et participer aux manifestations qui seront organisées sur le territoire.

Pour ce qui concerne la réforme du système ferroviaire, celle-ci impacte les retraités sur, entre autres, l’avenir des activités sociales, au-delà des conséquences catastrophiques sur le service public et les conditions de vie des cheminots retraités et actifs.

Le rassemblement du 27 mai dernier portait cette volonté de développer les activités sociales, de démontrer que l’emploi des personnels CE et CCE vaut mieux qu’un chèque.

La question de l’accès des retraités aux cabinets médicaux est également une revendication qui reste à gagner.

Face aux attaques gouvernementales et de l’entreprise, avec en particulier la volonté de supprimer le paiement trimestriel de nos pensions à échoir, notre fédération et son UFR appellent à signer massivement la pétition unitaire en cours qui contient les revendications suivantes :

  • La non-promulgation du décret fixant la mensualisation des pensions au 1er janvier 2016 et le maintien du versement trimestriel à échoir sans fractionnement ;
  • La mise en place du groupe de travail concernant les basses pensions de réversion ;
  • L’arrêt du gel des pensions et l’amélioration du pouvoir d’achat ;
  • La prise en compte des trimestres pour les ex-apprentis dans le calcul de la retraite ;
  • Le maintien des prestations non pérennes (exemple : le forfait optique à 100 €).

La fédération CGT des cheminots et son UFR appellent les retraités à participer aux rassemblements et aux manifestations décidés sur le territoire, le 25 juin 2015. 

Le tract appelant les retraités à l’action interprofessionnelle du 25 juin 2015 Télécharger le fichier

Démarche revendicative UFR

Cher(e)s Camarades,

Les membres du BN de l’UFR, réunis le 08 avril 2015, ont décidé de poursuivre, de dynamiser notre activité revendicative sur les exigences des retraités cheminots avec l’objectif d’élargir le rapport de forces, dans la perspective d’une nouvelle mobilisation nationale dans le courant du 2ème semestre 2015.

Le lancement d’une pétition unitaire, avec un objectif de 100 000 signatures doit nous permettre de nous déployer « en grand » sur le terrain et porter également la question du renforcement de notre organisation.

Pour plus d’efficacité cette campagne pétition / renforcement fera l’objet d’un point tous les 15 jours entre l’UFR, l’ORGA Fédérale et nos secteurs fédéraux.

Sur le plan politique, les membres du bureau ont relevé qu’après les élections départementales (marquées par une forte abstention, le succès de la droite, l’enracinement du FN et le manque de lisibilité à gauche), le gouvernement annonce plus de libéralisme en ouvrant un débat sur la fin du CDI !!

Dans ce contexte, la journée d’action interprofessionnelle du 09 avril 2015 « contre l’austérité, pour les salaires, les pensions, les services publics, l’emploi, la protection sociale… » est un véritable succès, avec plus de 300 000 manifestants sur le territoire dont de très nombreux retraités. D’ores et déjà le 1er mai 2015 doit permettre de donner une suite pour dénoncer une politique qui « sécurise les profits et les actionnaires » et exiger d’autres choix, alors que les salariés sont de plus en plus fragilisés par le pacte de responsabilité, le CICE, la loi sur la sécurisation de l’emploi ou la loi Macron…

A la SNCF, après la journée d’action du 10 mars 2015 (où seule la CGT appelait à la grève alors que le CCE était consulté sur la déclinaison à la SNCF de la loi du 04 août 2014) des rassemblements ont eu lieu, à l’occasion des séances plénières de CER, avec parfois un franc succès dans de nombreuses régions.

Considérant que les propositions de la CGT n’étaient pas assez connues des cheminots, la CE Fédérale du 02 avril 2015 a décidé de réunir, sur les territoires, l’ensemble des élus et mandatés des dirigeants de nos syndicats et sections de retraités sur les thèmes suivants :

  • C’est quoi la réforme, ses conséquences,
  • L’évolution de l’emploi (-1 600 / an) et les C de T,
  • L’évolution des salaires, des pensions du périmètre des notations,
  • De l’enjeu de la future convention collective nationale.

A partir de ces échanges, le CN de mai débattra des mobilisations à mettre en oeuvre dans les prochaines semaines.

Chez les retraités, forts des actions du 12 mars 2015 (4 500 cheminots rassemblés à Saint Lazare jour du CA de la CPRP SNCF) et du 17 mars 2015 (action interpro dans les territoires, avec plus de 30 000 manifestants…), notre CE fédérale avec son l’UFR proposent de donner une suite en se fixant 3 objectifs :

  • Elargir le rapport de forces (la CGT c’est plus de 40 000 voix lors des élections des représentants des retraités au CA de la CPRP SNCF…),
  •  Renforcer notre UFR (46 000 départs à la retraite dans les 5 années à venir dont plus de 7 000 syndiqués CGT),
  •  Se donner les moyens de réussir une nouvelle action nationale des retraités courant du 2ème semestre 2015 portant sur les revendications unitaires portées depuis plusieurs années.

Pour cela, la CGT a proposé, lors de l’inter-UFR du 13 avril 2015, la signature « à grande échelle » d’une pétition retraités unitaire portant sur :

  • Le maintien du paiement des pensions au trimestre,
  • L’augmentation des pensions,
  • Un groupe de travail sur les pensions de réversion,
  • La reconnaissance des trimestres d’apprentissage,
  • Le maintien des prestations non pérennes versées par la CPRP SNCF.

L’ensemble des organisations (UNSA, SUD-Rail, FGRCF) sont d’accord avec cette proposition.

Cette pétition est appuyée d’un tract unitaire et d’un tract CGT rappelant nos revendications en matière de protection sociale et droits des retraités.

L’objectif, partagé par les autres organisations, est de 100 000 signatures dont 50 000 pour la CGT !

En ce sens, il est important de travailler à des contacts avec les autres organisations, dans la proximité, pour dynamiser la signature de cette pétition, y compris avec des initiatives unitaires.

Le secteur Orga de l’UFR mettra en place un dispositif afin de comptabiliser à la fois le nombre de signatures et le nombre d’adhésions (et continuité syndicale) durant les prochains mois, l’objectif étant de remettre les pétitions lors d’une action nationale au cours du second semestre.

Pour faire vivre notre démarche syndicale, différentes expressions de l’UFR seront à votre disposition durant la campagne de signatures.

Quant à la Tribune des Cheminots de mai, celle-ci permettra de faire connaître cette démarche et ses objectifs à l’ensemble des syndiqués, sur lesquels reposent, en grande partie, la réussite de la mobilisation.

Bien entendu, cette pétition s’adresse à l’ensemble des retraités, leur famille aisni que les futurs retraités… c’est-à-dire l’ensemble des actifs ! Aussi nos syndicats doivent prendre en compte la signature de cette pétition.

A l’heure où le gouvernement fait la sourde oreille aux revendications du peuple et que la direction SNCF saborde l’entreprise publique, des cheminots retraités mobilisés sur des questions spécifiques seront assurément également partie prenante des actions décidées dans l’entreprise et sur le plan interpro.

Dans cette période difficile à tout point de vue, l’implication de tous est indispensable pour redonner espoir aux salariés actifs et aux retraités en gardant et en portant haut et fort les valeurs de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité.

Bon courage à toutes et à tous.
Bien fraternellement.

Bernard GUIDOU,
Secrétaire Général de l'UFR.

Courrier aux sections de retraités Télécharger le fichier

Les cheminots n'ont pas à payer l'addition !

Validation des trimestres d'apprentissage

Faisant suite à l'interpellation unitaire CGT - UNSA - SUD-Rail – FGRCF du 12 mars 2015, le Ministère des Affaires Sociales a reçu, vendredi 20 mars 2015, l'ensemble des organisations représentatives au Conseil d'Administration de la CPRP SNCF.
Concernant la validation des trimestres d’apprentissage, la réponse ne peut être cantonnée à un aspect technique ; il faut une mesure politique afin de reconnaître l’ensemble des trimestres travaillés.

Après avoir de nouveau exposé l'ensemble de nos revendications :

  • maintien du versement des pensions au trimestre à échoir (non promulgation du décret) ;
  • revalorisation des pensions (30 mois de gel décidés par les Gouvernements Hollande) ;
  • revalorisation des reversions (engagement d'un groupe de travail) ;
  • maintien des prestations spécifiques non pérennes ;

les organisations inscrites dans la démarche unitaire ont exposé la problématique des trimestres d'apprentissage effectués avant 2008.

Les engagements du Gouvernement en 2008 ouvraient le principe de la reconnaissance des trimestres d'apprentissage pour la liquidation des retraites au régime spécial de la SNCF :

- majoration de 0,25 % du traitement par trimestre validé ;

- prise en compte de ces trimestres pour annuler la décote.

Dans les faits, dès 2010, les agents (de conduite dans un premier temps) ont constaté que la validation des trimestres d'apprentissage se situait quasiment toujours entre 1 et 3.

En effet, depuis 1977, par décision du Gouvernement Barre, les employeurs (dont la SNCF) sont exonérés de verser les cotisations vieillesse. L’Etat prend en charge ces cotisations, mais sur des bases si faibles qu’elles ne permettent pas de valider la totalité des trimestres d’apprentissage, contrairement à ce qui se passait avant 1977 quand la SNCF payait ces cotisations.

Lors de cette séance de travail, le Ministère se dit ouvert à examiner les cas litigieux afin de faire appliquer la règle et rien que la règle : validation des trimestres par année civile sur la base des 200 heures de SMIC pour un trimestre.

Il nous réaffirme que la modification de ces règles (validation des trimestres sur la base des 150 heures de SMIC) ne concerne que les promotions à partir de 2014. Par contre, le Gouvernement a mis en place un dispositif de rachat pour les années complètes qui correspondent à des périodes d’apprentissage comprises entre le 1er juillet 1972 et le 31 décembre 2013.

Le rachat des trimestres non validés (4 au plus) sur la base “d’un tarif préférentiel” de 1 215 euros par trimestre (base 2014) est à la charge… de l’ex-apprenti !

Pour l'ensemble des organisations inscrites dans la démarche unitaire, ce rachat est injuste. Si les employeurs ont été exonérés du versement des cotisations, ce n'est pas aux ex-apprentis de payer !

Le Ministère s'engage à nous recevoir prochainement pour examiner nos demandes.

La démarche unitaire se poursuit afin d'obtenir satisfaction de l'ensemble de nos revendications. Les cheminots qui rencontrent des difficultés à valider leurs trimestres peuvent contacter nos organisations afin que nous transmettions leurs difficultés au service du Ministère.

Tract unitaire des UFR - Validation des trimestres d'apprentissage Télécharger le fichier
Appel et mobilisation unitaire contre la remise en cause du paiement trimestriel des pensions et les objectifs du rassemblement Télécharger le fichier

Info luttes

Compte-rendu de l’audience de l’interfédérale UFR CGT-UNSA, SUD Rail-CFDT et de la FGRCF au ministère des affaires sociales le 12 décembre 2016 Télécharger le fichier

Réunions des instances

Bureau National de l’UFR-CGT du 5 septembre 2019

    Relevé de décisions du BN de l’UFR-CGT qui s’est tenu le jeudi 05 septembre 2019

Compte-rendu du Bureau national de l’UFR-CGT du 10 juillet 2019

    Compte-rendu du Bureau national de l’UFR-CGT du 10 juillet 2019

Bureau national de l’UFR-CGT du 4 avril 2019

    Intervention au BN de l’UFR-CGT du 4 avril 2019 concernant la protection sociale
    Compte rendu du Bureau national de l’UFR-CGT du 4 avril 2019

Bureau national de l’UFR-CGT du 07 février 2019

    Compte-rendu du Bureau national de l’UFR-CGT du 07 février 2019

Compte-rendu du BN de l’UFR-CGT du 28 novembre 2018

    Compte rendu du Bureau National de l’UFR du 28 novembre 2018 et le plan de travail

Compte-rendu du BN de l’UFR-CGT du 30 août 2018

    Compte-rendu du BN de l’UFR-CGT du 30 août 2018

Bureau national de l’UFR-CGT du 04 juillet 2018

    Compte-rendu du Bureau national de l’UFR-CGT du 04 juillet 2018

Point d’activités de l’UFR-CGT

    Point d’activités de l’UFR-CGT

Bureau National de l’UFR du 02 mai 2018

    Compte-rendu de la réunion du BN du 02 mai 2018
    Modification du déroulé de la 18e conférence et les élections au CA de la CPR
    Nouveau déroulé des travaux la 18e conférence

Conseil National de l’UFR des 13 et 14 mars 2018

    Rapport introductif au Conseil National de l’UFR des 13 et 14 mars 2018

Bureau National de l’UFR-CGT du 07 mars 2018

    Compte-rendu du BN de l’UFR-CGT du 07 mars 2018

Bureau national de l’UFR du 16 janvier 2018

    Compte-rendu du Bureau national de l’UFR-CGT du 16 janvier 2018

Bureau national de l’UFR du 06 décembre 2017

    Compte-rendu du Bureau national de l’UFR du 06 décembre 2017

Bureau national de l’UFR-CGT du 15 novembre 2017

    Compte rendu du bureau national de l’UFR-CGT du 15 novembre 2017

Bureau National de l'UFR du 9 octobre 2017

    Compte rendu suite à l’interfédérale UFR qui s’est tenue le 09/10/2017

Bureau National de l'UFR du 6 septembre 2017

    Compte rendu du Bureau national de l’UFR-CGT du 06 septembre 2017

BN UFR et INTER-UFR du 04 juillet 2017

    Compte-rendu du BN et de l’inter-UFR du 04 juillet 2017

Conseil national de l’ufr des 21 et 22 juin 2017

    Rapport introductif du CN de l’UFR des 21 et 22 juin 2017

Bureau national de l’UFR du 1er juin 2017

    Compte rendu du bureau national de l’UFR du 1er juin 2017

Bureau National et réunion des membres du CN UFR du 27 avril 2017

    Compte rendu du BN et du CN UFR du 27 avril 2017

Bureau National UFR et INTER UFR du 5 avril 2017

    Compte rendu de BN UFR et de l’inter UFR du 05 avril 2017

Bureau National de l’UFR du 08 février 2017

    Compte rendu du bureau national de l’UFR du 08 février 2017

Bureau National de l’UFR du 05 janvier 2017

    Compte rendu du bureau national de l’UFR du 05 janvier 2017

Bureau national de l’UFR du 1er décembre 2016

    Compte rendu du Bureau national de l’UFR du 1er décembre 2016
    Motion (personnalisable) du Bureau national de l’UFR du 1er décembre 2016

Bureau National de l’UFR du 09 novembre 2016

    Compte rendu du Bureau National de l’UFR qui s’est tenu le 09 novembre

Bureau national de l'UFR du 6 octobre 2016

    Compte-rendu du Bureau national de l'UFR du 6 octobre 2016

Conseil National de l'UFR des 20 et 21 septembre 2016

    Rapport introductif orga concernant le Conseil National de l'UFR des 20 et 21 septembre 2016
    Rapport introductif concernant le Conseil National de l'UFR des 20 et 21 septembre

Bureau National de l'UFR du 14 septembre 2016

    Compte-rendu du Bureau National de l'UFR du 14 septembre 2016

Bureau National de l'UFR du 5 juillet 2016

    Relevé des décisions du Bureau National des Retraités du 5 juillet 2016

Conseil national UFR des 21 et 22 juin 2016

    Rapport introductif au conseil national UFR des 21 et 22 juin 2016
    Rapport introductif au débat spécifique relatif au 51e congrès confédéral

Bureau National de l'UFR du 8 juin 2016

    Compte-rendu du Bureau National de l’UFR du 8 juin 2016

Bureau National de l'UFR du 11 mai 2016

    Compte-rendu du Bureau National de l’UFR du 11 mai 2016

Bureau National de l'UFR et INER UFR du 6 avril 2016

    Comptes rendus du BN de l’UFR et de l’inter-UFR du 06 avril 2016

Conseil National de l'UFR des 15 et 16 décembre 2015

    Rapport introductif au Conseil National de l’UFR des 15 et 16 décembre 2015

Bureau National de l'UFR du 3 novembre 2015

    Compte-rendu du Bureau National de l'UFR du 3 novembre 2015

Conseil National de l'UFR des 29 et 30 septembre 2015

    Rapport introductif présenté par Marc FORET
    Relevé de décisions
    Tableau des objectifs de participation à la manifestation Actifs / Retraités du 29 octobre 2015.

Bureau National UFR du 1er juillet 2015

    Compte-rendu du Bureau national UFR du 1er juillet 2015 Lire la suite

    Introduction par Bernard GUIDOU : 

    Face à un gouvernement qui accélère les choix politiques dégradant la situation économique et sociale du pays, notre activité revendicative à venir s’appuie sur 3 axes :

    1) Les futures élections CA / CS et CE / DP. Leur résultat aura un poids considérable sur l’avenir de la CGT. Nous devons nous impliquer au niveau des retraités en lien avec les actifs dans les syndicats.

    2) Créer les conditions d’une nouvelle initiative nationale UFR à partir des revendications en tenant compte du calendrier revendicatif confédéral.

    • 23 septembre sur le droit d’expression et les libertés syndicales,
    • 08 octobre en poursuite du 09 avril et du 25 juin à l’appel de la CGT/FSU/SOLIDAIRES.
    • Une réflexion est engagée pour aller à une action « retraités » commune UCR/UFR cheminots dans la 2ème quinzaine d’octobre.

    Le projet initial de remise des pétitions de l’UCR pour le 1er octobre pourrait être revu pour s’intégrer dans l’initiative de fin octobre. L’idée de plusieurs rassemblements/manifestations décentralisés sur 5 ou 6 sites est à l’étude. Ces initiatives se tiendraient à 3 semaines des élections professionnelles à la SNCF et pourraient être un moteur dans la campagne CGT.

    3) Engager des initiatives sur le renforcement de notre organisation et promouvoir la décision d’organiser des rencontres vis-à-vis des futurs retraités avec l’objectif de 1 000 participants pour 2015.

    ANALYSE DE LA CE FEDERALE : 

    • Difficultés pour la mobilisation du 25 juin avec une décision du CCN non impulsée par de nombreuses structures (notamment professionnelles),
    • Dans ce contexte, différentes initiatives d’actions ont été validées, lors de cette CE :
      - Rassemblement du 1er juillet devant le siège de SNCF Réseau, pour le respect de la représentation syndicale avec la remise des pétitions,
      - Rassemblement le 2 juillet à Nantes, lieu de la réunion de l’ARF, pour exiger le développement des TET,
      - Rassemblement le 16 juillet à Marseille à 11h00 contre la lourde sanction infligée à un camarade (radiation des cadres),
      - Nous devons impulser une grosse participation aux meetings confédéraux de rentrée décentralisés début septembre qui prépareront l’action confédérale CGT/FSU/SOLIDAIRES du 08 octobre.
    • Dans l’entreprise, un accord « intéressement » à SNCF Mobilités a été signé par l’UNSA et la CFDT. Dans le même temps, la direction annonce qu’il n’y aura aucune augmentation générale des salaires. Un tract CGT rappelle nos revendications.
    • Par ailleurs, la CGT, avec SUD-Rail, a dénoncé un accord sur les IRP. Les négociations ont repris sur ce thème (voir les différents courriers CGT).

    COMMUNICATION : 

    • L’argumentaire de l’UFR sur le décryptage des enjeux de la réforme est à diffuser et commenter largement,
    • Le « 4 pages » servant « d’info luttes retraités » pour l’amplification de mise en oeuvre de la pétition UFR sur nos revendications a été envoyé à nos secteurs et sections,
    • Un « 4 pages » sur la question du pouvoir d’achat et nos pensions est en cours,
    • Un journal des administrateurs de la CPRP SNCF va être réalisé.

    ORGA : 

    • Sur le suivi de la pétition UFR, nous sommes très loin des objectifs affiliés au niveau du nombre de signatures :
      - 12 477 signatures au 1er juillet 2015 pour un objectif de 50 000 en octobre.

    Dernière minute :
    Au vu de la faible évolution du nombre de signatures au 10 juillet, se tiendra un BN de l’UFR élargi aux secrétaires de secteurs retraités le 2 septembre de 10h00 à 13h00 à Montreuil, avec ce thème central.

    Auparavant, la période estivale doit être mise à profit pour organiser, dès la rentrée de septembre, des AG de sections de retraités.

    Un contact sera pris avec les autres UFR (FGRCF, UNSA, SUD-Rail) pour connaître le nombre de signatures recensées.

    • Au niveau Orga nous sommes toujours en retard de 230 FNI pour 2015 en comparaison à 2014, au 1er juillet 2015.- 101 sections n’ont fait aucun règlement,
      - 23 sections n’ont pas fait de commande.

    51EME CONGRES CONFEDERAL : 

    • Sur l’enjeu du syndicalisme retraité :
      - L’UCR a sorti un document remis avec quelques rappels historiques et des commentaires sur lesquels nous avons des divergences.
    • Le bureau de l’UFR travaille à un projet de contribution qui devra être validé par la CE Fédérale. Nous en débattrons lors de la journée spécifique du prochain CN de l’UFR.

    70EME ANNIVERSAIRE DE LA SECURITE SOCIALE : 

    Début octobre, le gouvernement commencera ce 70ème anniversaire avec une initiative nationale à Paris. La confédération proposera une initiative à la même date.

    Dans les localités se tiendront des journées portes ouvertes devant les caisses de Sécurité Sociale, avec la tenue de CA extraordinaire, nous devons investir ces initiatives avec des distributions de tracts et intervenir dans les débats.

    CALENDRIER : 

    • 02/09 : BN UFR élargi aux secrétaires des secteurs retraités,
    • 09/09 : BN UFR,
    • 29 et 30/09 : CN UFR.

Conseil National de l'UFR des 10 et 11 juin 2015

    Relevé de décisions du CN de l’UFR des 10 et 11 juin 2015 Lire la suite

    Pour notre UFR, avant de préciser les rendez-vous revendicatifs et nos objectifs Orga, notre fil conducteur doit être la pétition unitaire que nous avons lancée il y a 2 mois maintenant.

    Avec près de 10 000 signatures nous sommes encore loin de notre objectif des 50 000 signatures mais surtout du potentiel dont nous disposons.

    Au-delà de la non-promulgation du décret sur la mensualisation des pensions, nous devons porter l’ensemble des revendications actées dans cette pétition.

    Cette pétition doit devenir un outil de contact de masse avec nos syndiqués, nos sympathisants et plus largement l’ensemble des retraités et leur famille. Nous devons également la faire prendre en compte par le syndicat et les actifs.

    Ces nombreux contacts doivent nous permettre de gagner une participation importante de retraités aux initiatives revendicatives de juin et juillet, de renforcer notre CGT et de créer les conditions d’une élévation conséquence du rapport de forces pour gagner une mobilisation à caractère national sur nos exigences dans le 2ème semestre 2015.

    Nous devons également prendre en compte l’ensemble des autres pétitions en cours (UCR sur les pensions, Activités sociales, représentativité réseau, confédérale sur les salaires).

    Pour aider à cette activité autour de la pétition, au-delà de la communication des sections et des secteurs retraités, notre UFR va vous envoyer dans les prochains jours :

    • Un « 4 pages » en direction des sections des retraités faisant état sous forme d’article d’initiatives autour de la signature de la pétition. Il nous faut ces articles au plus tard le vendredi 19 juin,
    • Un « 4 pages » sur le pouvoir d’achat des pensions et la fiscalité.

    Ces 2 matériels doivent nous aider à redynamiser la pétition…

    Nous maintenons, avec les secteurs, un rendez-vous hebdomadaire pour faire un état sur les signatures des pétitions.

    Enfin, il nous paraît important de prendre des contacts avec les autres organisations porteuses de cette pétition (UNSA, SUD-Rail, FGRCF) dans la proximité.

    L’UFR, pour sa part, contactera les UFR pour faire le point sur la pétition.

    1 - Les rendez-vous revendicatifs dans la prochaine période : 

    • Poursuivre par des initiatives de proximité avec les syndicats, entre autres autour des départs en « colo », notre bataille revendicative sur l’avenir des activités sociales. Après le rassemblement du 27 mai, la fédération a édité des badges et 2 tracts pour aider à mener cette activité. Cette communication doit être prolongée par des expressions locales.
    • La journée Interprofessionnelle de grève et manifestation du 25 juin doit voir une participation massive des retraités pour exiger l’augmentation de nos pensions, l’arrêt de la casse de notre entreprise SNCF et du service public.
    • Notre UFR a édité un tract pour aider à gagner cette mobilisation.
    • Le 1er juillet : rassemblement national devant RFF pour faire respecter la représentativité à SNCF Réseau. Un tract vous parviendra rapidement sur le sujet.
    • Le 02 juillet : un rassemblement national à Nantes devant l’assemblée des régions de France sur l’avenir des TET. Là aussi un tract vous parviendra rapidement.
    • Pour la rentrée, d’ores et déjà :
      - 9 meetings confédéraux décentralisés sont programmés pour début septembre,
      - Le 23 septembre sera organisé une journée sur les libertés syndicales,
      - Fin septembre, une nouvelle action interprofessionnelle est en construction avec un accord de principe, d’ores et déjà, de Solidaires et de la FSU.

    Sur les rendez-vous de la rentrée, la CE Fédérale du 30 Juin y reviendra.

    2 - Situation Orga : 

    • Notre conseil national a décidé :
      - D’accélérer les initiatives de renforcement autour de la pétition,
      - De dynamiser, de lancer à certains endroits les rencontres préretraités pour atteindre notre objectif de 1000. Les premières rencontres démontrent toute leur efficacité autour des attentes de nos camarades concernés :
      - De solder l’exercice 2014,
      - La commande 2015, le règlement 2015 pour ceux qui ne l’ont pas fait et ils sont nombreux, trop nombreux !
      - Relancer individuellement et dans les sections l’abonnement à Vie Nouvelle.

    3 - 3 derniers points : 

    • Nous devons inviter, dans la proximité, nos syndicats à prendre des initiatives, au-delà de ce qui va se faire au niveau national, concernant les 120 ans de la CGT, les 70 ans de la Sécurité Sociale et les 20 ans de la grève de 1995.
    • Nous allons éditer un journal de nos administrateurs de la CPRP SNCF pour informer les cheminots retraités et actifs.
    • Enfin, au-delà des rencontres prévues cet été, il nous faut programmer des assemblées générales de retraités partout en septembre.
    • Les enjeux de la période nécessitent de porter cette orientation.

    Bon courage à tous. 

Inter UFR du 23 février 2015

    Compte-rendu de l’Inter-UFR du 23 février 2015

Bureau de l'UFR du 6 janvier 2015

    Compte-rendu du bureau de l'UFR du 6 janvier 2015

Dossiers retraite

Couverture Dossier retraite 2016

FÉVRIER 2016
Dossier validé par le bureau de l’UFR du 2 décembre 2015

Comment calculer une pension de retraite dans le régime SNCF

Feuilleter le document

Télécharger le document

Couverture Dossier retraite 2015

MAI 2015
Dossier validé par le bureau de l’UFR du 8 avril 2015

Défendre la retraite par répartition et notre régime spécial. Maintien du système à prestations définies.

Feuilleter le document

Télécharger le document

Conférences de l'UFR

Téléchargez ci-dessous les documents de la 18e conférence :

Séance du mercredi 30 mai 2018

Séance du jeudi 31mai (matin) 2018 :

Séance du jeudi 31mai (après-midi) 2018 :

Séance du vendredi 1 juin 2018 :



Téléchargez ci-dessous les documents de la 17e conférence :

Séance du mardi 13 mai

Séance du mercredi 14 mai (matin)

Séance du mercredi 14 mai (après-midi)

Séance du jeudi 15 mai (matin)

Séance du jeudi 15 mai (après-midi)

Séance du vendredi 16 mai

+ 18 photos

Document d'orientation et repères revendicatifs